Sans arrêt je me dis faut pas que je trébuche dans un escalier, cela serait dramatique de me fouler un pied ou de me faire une entorse, car ici ne plus pouvoir marcher c'est quasiment impossible. 

J'avais décidé de déposer mon ordi à l'hostal pour ne pas l'emmener en mission rue, et je me pressais un peu dans la baquedano av., je regardais la vue et les destroyers chinois, et hop dans un trou, mes lunettes morflent verre droit tout rayé, et j'amortis avec deux doigts qui sont dans un triste état. 

Bizarre, Valparaiso est vraiment sale, chaque vue est gâchée par des détritus, alors que la voisine Vina del Mare est toute riche et bien coiffée.

A propos de café, il y a de gigantesques rayons de Nescafé, mais de café point ou bien  un seul paquet uniquement dans les grands super markets. Pourtant on n'est pas loin  de la Colombie. 

Donc j'achète une cafetière à poussoir et du café, pour mon matin et après le repas, et je la casse, alors j'en rachète une autre. Dans la ville ça sent le café il y a une usine qui torréfie tout près. Je pense qu'ils exportent tout.

Je vois un titre de journal qui annonce que l'économie est en pleine forme, j'ai l'impression qu'ils parlent d'une croissance à 4,5%, cela n'empêche pas les quartiers pauvres d'exister, on me signale que  les quartiers du haut  sont des gros marchés de drogue  et que j'ai parlé avec des maffiosos et des dealers dont certains étaient en permission hors de la prison le dimanche. 

A part ça la monnaie, ce sont les pésos, c'est comme les anciens francs, je paie le taxi par exemple 5000 pesos, je trouve ça cher, mais c'est 50 F je trouve ça cher, mais en fait c'est moins de 8 € .

On a fait des belles choses tout à l'heure dans la rue, mais ça faut voir http://theatredelunite.com

IMG_0986